2003 : PREMIERS PARRAINAGES

CIMG1626

Elaboré par Frédéric Bernardeau, président de l’A.S.P.A., Jean-Jacques Jamain, Directeur diocésain de Nice et le Père Francis Dabiré, adjoint du Directeur diocésain de Diébougou, en visite et en mission durant l’été 2003 dans le diocèse de Nice, le projet s’appuie sur deux constats :

– Au Burkina-Faso, comme dans tous les pays en voie de développement, la très faible scolarisation des filles en milieu rural apparaît comme un des soucis les plus marquants. Elle exprime une double disparité entre milieu rural et ville, et entre filles et garçons : ainsi dans la région de Diébougou, seuls 27% des enfants sont scolarisés ( moyenne nationale 38% ) et parmi eux, seuls 12% des filles ( moyenne nationale 21% ).

– La survie des dix écoles primaires rouvertes par l’Enseignement catholique de Diébougou à la demande de l’Etat burkinabé depuis 1998, pour participer à l’effort national d’éducation, passe par leur équilibre financier. Le coût annuel de la scolarité y varie entre 25 et 30 euros ( 15000 / 20000 Francs C.F.A. ) par enfant.

Le projet de « Parrainage scolaire pour les filles de Diébougou » a pour objectif de couvrir les frais de scolarité des jeunes filles pour les six années de leur primaire ou pour le nombre d’années leur restant à effectuer au moment du parrainage. Il exige donc de la part des parrains et marraines un engagement dans la durée. Chaque enfant parrainé s’engage de son côté à donner de ses nouvelles par un dessin ou une lettre. L’A.S.P.A. établit pour chacun un dossier présentant son nom et sa photo et l’école qui l’accueille.

La mise en œuvre des parrainages depuis la rentrée 2005 assure la scolarisation de 70 enfants des villages de Gaoua, Kampti, Maria-Taw, Dano, Dissin, Legmoin et la pérennité de leurs écoles par le paiement des salaires des enseignants.

La finalité éducative est claire : faciliter l’accès des filles à l’école, c’est participer à la promotion de la femme et au développement et, plus spécifiquement, permettre leur sensibilisation aux problèmes des M.S.T. et du SIDA.

L’A.S.P.A. poursuit sa campagne pour étendre les parrainages et compte sur vous pour faire connaître ce projet.

Publicités