2007 : L’ASPA FAIT SON CINÉMA

Dano reste le point d’attache d’où le groupe de 12 personnes rayonne vers Diébougou, Fafo et Tompena. Partout nous retrouvons nos partenaires et évaluons le travail accompli.
Une longue rencontre à la direction diocésaine de Diébougou avec l’abbé Ignace Hien, directeur diocésain et son adjoint, l’abbé Alain Somda, qui l’a remplacé depuis et dont nous faisons à l’occasion la connaissance pose les problèmes : ceux de l’enseignement catholique confronté à la fuite des instituteurs, au déséquilibre financier des écoles, mais aussi ceux de la communication entre nous. Nous nous redisons notre volonté de travailler ensemble et posons les fondements d’une collaboration renouvelée.
Une journée formidable nous dévoile la Ferme-école de Tompena en pleine brousse, deux ans après notre engagement dans le projet. Nous constatons que les unités de production sont déjà opérationnelles. L’abbé Lazare Somé nous expose comment tout le développement des structures est pensé et planifié.
Accueillis par l’abbé Théotime Meda à Fafo, nous participons symboliquement au travail de construction de la salle polyvalente du village financée par notre projet 2004 / 2005.
Notre séjour s’achève par le Dispensaire-Trottoir de Bobo-Dioulasso.
Un film de 53 minutes intitulé « Rendez-vous à Sarepta » monté par Alain Deloffre garde la mémoire de ce séjour. Il est disponible au prix de 6 euros sur demande.

Publicités

2005 : AU PAYS DU IOBA

L’association bénéficiant à nouveau de l’aide précieuse du Conseil Régional repart avec un groupe de 20 personnes dont 14 lycéens de Stanislas Cannes et Nice.

Accueillis cinq jours à Dano par Augustin Meda et l’équipe pastorale, nous trouvons le temps d’approcher et de suivre la vie quotidienne de la population. Les visites à Diébougou, à Fafo, au lycée public du Ioba et au Petit Séminaire St Tarsicius permettent à chacun d’appréhender la réalité complexe du sous-développement et de la mise en œuvre des projets de développement eux-mêmes.

Les deux derniers jours et demi au Dispensaire-Trottoir à Bobo-Dioulasso suffisent à peine à découvrir la ville et les activités du centre. Ils confirment à nos yeux l’extraordinaire travail auprès des enfants des rues par toute une équipe de bénévoles derrière Saly Hema et Fatima Lakhal.