OBJECTIF ATTEINT !

Voici deux ans, dans notre documentaire intitulé 100%, notre ami Jean-Boniface Somda, directeur diocésain du diocèse de Diébougou, annonçait explicitement son objectif de parvenir aux 100% de réussite au brevet des collèges. Nous avons le plaisir aujourd’hui de vous annoncer que l’objectif a été atteint pour la première promotion des élèves de 3e du nouveau collège de Dano. Ils ou elles s’appellent Murielle, Bienvenue, Viviane, Prisca, Mélissa… Les voici récompensés de leur travail ! Toutes nos félicitations aux lauréats et à leurs enseignants !

Publicité

ESPOIR

Ce n’est pas facile. Comme nous l’avons dit récemment, la situation au Burkina Faso reste préoccupante et, comme diraient d’autres, une « intersectionnalité » de problèmes rend la vie quotidienne pour le moins précaire. Nos partenaires du côté de Diébougou, de Dano ou de Kari nous en rendent compte régulièrement tout en se multipliant pour assurer l’essentiel : maintenir les écoles ouvertes, assurer les repas des cantines, poursuivre l’aménagement des locaux, créer de nouvelles infrastructures, maintenir le lien social c’est-à-dire relier

Avec l’ASPA, nous nous inscrivons dans cette éthique de l’action. Le dernier trimestre printanier a été l’occasion d’une mobilisation effective dans les établissements du diocèse niçois toujours fidèles à l’association. Saint Joseph Carnolès, une fois de plus, donne l’exemple avec une opération bol de riz des plus remarquables, Stanislas de Cannes n’est pas en reste avec tout le concours de ses jeunes talents, Stanislas de Nice, dans le cadre de la journée Laudato si, rassemble ses élèves pour découvrir le Burkina par l’image, le jeu, les objets et collecter des fonds.

C’est modeste et c’est essentiel.

Que les quelques images qui suivent soient l’expression de nos remerciements comme de notre espoir. 

URGENT : OPÉRATION « RATION À EMPORTER 2022″

Bonjour à tous, les temps sont difficiles au Burkina Faso. Nous recevons très régulièrement des nouvelles préoccupantes liées à la crise climatique, sécuritaire et sanitaire que traverse le pays. Les tensions internationales impliquées par le conflit en Ukraine ont aussi des répercussions directes sur la vie quotidienne d’un très grand nombre de Burkinabés, notamment en brousse où l’insécurité alimentaire menace. Dans ce contexte d’urgence, nous nous permettons de faire une nouvelle fois appel aux initiatives de générosité en relayant la demande de notre ami Amadou Bakouan, en charge de l’école de Kari que nous soutenons depuis des années en assurant la cantine pendant les périodes scolaires.

Le projet est intitulé « RATION À EMPORTER 2022« . Il s’agit, pendant les mois de juillet et août (période où les enfants sont en vacances), d’assurer au moins un repas par jour aux élèves de l’école de Kari A.

Voici ce projet établi par A. Bakouan.

Merci d’en prendre connaissance et d’y participer. Les dons sont à adresser à l’adresse suivante :

ASPA, 239 avenue de la lanterne, 06200 NICE

PROJET : RATION À EMPORTER 2022

Projet de cantine scolaire pour les élèves de l’école de Kari A 

pendant les grandes vacances de l’année scolaire 2021-2022

Le Burkina Faso est confronté à une crise humanitaire sans précédent liée à l’insécurité et aux conflits communautaires, aux aléas climatiques et les effets négatifs de la maladie du coronavirus. 

La détérioration rapide de la sécurité dans le pays a engendré le déplacement interne de plus de 1. 300 600 personnes et la fermeture de plus de 3280 écoles, ce qui représentent 13,09% de l’ensemble des structures éducatives. Sont concernés 511221 élèves et 1901 enseignants (sources gouvernementales – Janvier 2022). Aujourd’hui, dans le pays au moins une école sur sept est fermée.

En outre des précipitations anarchiques et des déficits hydriques supérieurs à la moyenne ont nui à la production agricole de la campagne céréalière des régions de sud-est et de l’est du pays jadis considérées comme greniers du pays. Selon la FAO, en 2021 les inondations, les périodes de sécheresse, le coût des intrants et de l’engrais, les chenilles légionnaires d’automne (plus de 43500 hectares infestés), les attaques des oiseaux granivores ont entraîné une baisse des récoltes vivrières de 9 à 26% dans le pays. Selon les mêmes sources plus de 3 millions de personnes au Burkina Faso vivent en insécurité alimentaire aigue pendant les mois de juillet, août et septembre. Comme si tout cela ne suffit pas, voici que la guerre Russie-Ukraine vient enfoncer le clou en nous précipitant dans une inflation des prix sur les produis alimentaires et pétroliers.

Les élèves de l’école de Kari A qui bénéficient depuis plusieurs années d’un repas par jour durant l’année scolaire grâce à la cantine scolaire financée par l’ASPA sont plongés dans un désarroi total avec les vacances qui s’annoncent bientôt. La nourriture est considérée pour nous comme le premier médicament. En témoigne l’amélioration de la santé des élèves avec l’existence de la cantine à l’école. Au regard de la situation difficile que vit le pays, nous sollicitons auprès de vous la reconduction de la cantine scolaire par une opération spécifique : « Ration à emporter  2022 ». En effet avec 10 kilogrammes de maïs dont le coût est d’environ 5 euros, l’ASPA garantirait à chaque enfant un repas de 0,16 kg par jour pendant deux mois.

OBJECTIFS DU PROJET

  • Garantir au moins, à chaque élève de l’école de Kari A un repas par jour pendant les mois de juillet et août.
  • Assurer aux 492 élèves des vivres qui leur permettent de vivre pendant les 62 jours que durent les vacances.
  • Éviter à chaque enfant de faire plus de 24 heures sans avoir à manger pendant ces deux mois.

PARRAINAGES 2022

Chers amis,

Comme vous le savez, le Burkina-Faso traverse toujours une crise sans précédent. La lettre (ICI) de Jean-Boniface Somda, directeur diocésain de l’enseignement catholique à Diebougou, nous le rappelle. Une nouvelle fois l’ASPA vous encourage à confirmer votre fidélité auprès des enfants parrainés. Voici le nouveau formulaire à remplir et à retourner.

Avec Jean-Boniface, nous vous remercions du fond du coeur de votre générosité.

Bien solidairement à vous,

Elisabeth Janin et le bureau de l’ASPA

LETTRE DE J.B. SOMDA AUX PARRAINS ET MARRAINES

Lettre aux parrains et bienfaiteurs

Bien chers parrains, chers bienfaiteurs, bonjour. Que la paix soit avec vous. En ce début d’année civile, je viens vous donner un bref aperçu de nos écoles catholiques qui sont aussi les vôtres, vu la qualité de nos relations de partenariat et la nécessité de votre appui au bon fonctionnement de ces écoles et à la réussite de ces nombreux enfants souvent démunis pour la plupart. En effet, grâce à votre soutien, nos écoles connaissent désormais moins d’abandons du côté des élèves et enregistrent des résultats satisfaisants aux examens. Pour preuve, l’année scolaire 2020-2021, nous avons enregistré les taux suivants au Certificat d’Etude Primaire (CEP) :

  • École Notre Dame de la Paix de Maria-Taw : 100%
  • École Sainte Trinité de Guéguéré : 100%
  • École Saint Jean l’évangéliste de Phariyago : 93,54%
  • École Notre Dame de la Miséricorde de Niégo : 91,66%
  • École Saint Pierre Saint Paul de Diébougpou : 83,72%
  • École sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Dissin : 80%
  • École germain Nadal de Dano : 80%

Ceci est sans compter les très bons résultats enregistrés également au BEPC et au Baccalauréat dans les lycées et collèges catholiques du diocèse dont j’ai aussi la charge. C’est donc l’occasion pour moi, en tant que Directeur Diocésain de l’Enseignement Catholique de Diébougou, de vous dire merci pour votre sollicitude et votre accompagnement sans cesse renouvelés. Votre appui financier permet à ces nombreux enfants qui auraient pu abandonner l’école, de bénéficier d’une bonne éducation pouvant leur permettre de devenir des hommes et des femmes capables de se sauver eux-mêmes, d’aider leurs familles et d’aider tout le pays à se développer.

Depuis le 20 septembre dernier les défis de la nouvelle année scolaire 2021-2022 restent aussi nombreux : aider les plus pauvres à payer leur scolarité ; offrir la cantine scolaire à tous les enfants ; restaurer les salles de classe dégradées ; construire des latrines dans les écoles qui n’en disposent pas ; garantir le succès à tous etc. L’insécurité grandissante dans le pays à cause de la recrudescence du terrorisme nous complique la tâche. En effet, les terroristes sont maintenant présents dans les quatre coins du Burkina. C’est pourquoi, comme vous pouvez le voir sur internet, la carte du Burkina est plus qu’inquiétante, tout le pourtour du pays est en rouge, c’est la zone où sévissent durement les terroristes. Toutes les écoles sont fermées dans ces zones et de nombreuses familles abandonnent tout leur bien pour fuir vers l’intérieur du pays dans le dénuement total. Leurs enfants sont accueillis dans nos écoles, augmentant ainsi le nombre d’enfants totalement démunis. Comment aider tous ces enfants à se nourrir, à payer leur scolarité, à étudier dans de bonnes conditions ? Le défi est assez grand. Mais nous pensons qu’avec un soutien financier beaucoup plus conséquent, nous allons y arriver. Merci de nous soutenir encore, merci de nous aider à réussir notre année scolaire, merci de nous aider à offrir un avenir à ces enfants. Notre sincère gratitude et reconnaissance à l’ASPA qui nous sert de canal de transmission et de communication à tout point de vue, merci à son président et à tous ses membres pour le soutien et l’accompagnement au profit du bon fonctionnement de nos écoles. Que Dieu vous bénisse. 

Diébougou, le 29 octobre 2021

Le Directeur Diocésain de l’Enseignement Catholique Père Jean Boniface Somda.

POUR RENOUVELER SON PARRAINAGE :