OBJECTIF ATTEINT !

Voici deux ans, dans notre documentaire intitulé 100%, notre ami Jean-Boniface Somda, directeur diocésain du diocèse de Diébougou, annonçait explicitement son objectif de parvenir aux 100% de réussite au brevet des collèges. Nous avons le plaisir aujourd’hui de vous annoncer que l’objectif a été atteint pour la première promotion des élèves de 3e du nouveau collège de Dano. Ils ou elles s’appellent Murielle, Bienvenue, Viviane, Prisca, Mélissa… Les voici récompensés de leur travail ! Toutes nos félicitations aux lauréats et à leurs enseignants !

Publicité

ESPOIR

Ce n’est pas facile. Comme nous l’avons dit récemment, la situation au Burkina Faso reste préoccupante et, comme diraient d’autres, une « intersectionnalité » de problèmes rend la vie quotidienne pour le moins précaire. Nos partenaires du côté de Diébougou, de Dano ou de Kari nous en rendent compte régulièrement tout en se multipliant pour assurer l’essentiel : maintenir les écoles ouvertes, assurer les repas des cantines, poursuivre l’aménagement des locaux, créer de nouvelles infrastructures, maintenir le lien social c’est-à-dire relier

Avec l’ASPA, nous nous inscrivons dans cette éthique de l’action. Le dernier trimestre printanier a été l’occasion d’une mobilisation effective dans les établissements du diocèse niçois toujours fidèles à l’association. Saint Joseph Carnolès, une fois de plus, donne l’exemple avec une opération bol de riz des plus remarquables, Stanislas de Cannes n’est pas en reste avec tout le concours de ses jeunes talents, Stanislas de Nice, dans le cadre de la journée Laudato si, rassemble ses élèves pour découvrir le Burkina par l’image, le jeu, les objets et collecter des fonds.

C’est modeste et c’est essentiel.

Que les quelques images qui suivent soient l’expression de nos remerciements comme de notre espoir. 

NOUVELLES DU BURKINA

Éloignés du Burkina puisqu’il n’est pas si simple de voyager, nous ne sommes pas privés de nouvelles pour autant. En ce mois de juin 2021, elles sont contrastées.

Côté lumineux, notre ami Amadou Bakouan nous envoie quelques photos attestant le succès de la cantine à Kari. L’ASPA mène, on le sait, des actions structurelles (participation à la construction de locaux ou soutien durable à l’agriculture vivrière par exemple), mais ne s’interdit pas des actions de première nécessité pour résorber les difficultés, parfois ponctuelles, liées aux aléas climatiques. Cette année les pluies ont été insuffisamment abondantes pour assurer une période de soudure sereine. Il faut aider, afin que les enfants puissent mieux et plus manger.

Côté sombre, le pays est encore endeuillé par des massacres de masse. Ils ont lieu dans la zone sahélienne au nord, ou à l’est, près des frontières du Togo et du Bénin. Pour l’instant le sud-ouest se trouve relativement épargné mais nos amis vivent dans la crainte d’une généralisation de la violence. Le Burkina a longtemps été un modèle de bonne entente entre les communautés religieuses. Qu’ils soient catholiques ou musulmans, nous sommes heureux de savoir nos amis prier ensemble pour la paix commune. Que les hommes et les femmes de bonne volonté l’emportent sur la haine, c’est ce que nous souhaitons de tout notre coeur.

DES LATRINES POUR L’ÉCOLE DE PHARYAGO

En février 2019, lors de notre passage à l’école de Pharyago, petite localité du secteur de Diébougou, l’équipe éducative nous a clairement fait part de sa priorité : équiper l’établissement de latrines. L’ASPA s’est donc aussitôt engagée pour que ce projet prenne corps dans les meilleurs délais. Grâce aux actions menées dans nos établissements partenaires, le voici réalisé comme en témoignent ces clichés transmis par notre ami Jean Boniface Somda, directeur diocésain du diocèse de Diébougou.

On ne redira jamais assez l’importance des équipements sanitaires dans les écoles de brousse. Sécurité, hygiène, éducation aux bons gestes sont des préalables essentiels de la réussite des enfants scolarisés.