DEMANDE D’ADHÉSION

Cher ami(e), vous désirez devenir membre de l’ASPA, Association Solidarité et Partenariat éducatif avec l’Afrique. Nos actions sont ciblées et toutes les manifestations réalisées ont pour but de sensibiliser aux questions du développement et de l’éducation en Afrique, tout en récoltant des fonds à destination de nos partenaires au BURKINA.

Toute demande d’adhésion est à adresser à notre trésorier, Johan Gimenez, 18 avenue Marie Guignon Villa Bellevue 06 Antibes. Le montant de la cotisation annuelle est fixé à 15 euros.

1509756_10153388549077446_1327211870849792499_n

L’ASPA, UNE HISTOIRE

14 juillet

L’ASPA voit le jour en janvier 1999. Un faisceau de raisons encourage Frédéric Bernardeau à proposer la création d’une association ; Jean-Jacques Jamain, directeur diocésain de Nice, qui a tissé des liens avec son homologue de Diébougou, l’abbé Novat Kpoda dès 1997, appuie l’initiative.

Quelles sont ces raisons ?

– La volonté d’efficacité par le rapprochement des initiatives en faveur de l’Afrique. En ce sens, la rencontre avec Isabelle Bertojo et Philippe Panarello en lien avec le Dispensaire-Trottoir de Bobo-Dioulasso depuis l’été 1997, la rencontre avec Gaspard Mbaye animant un projet en faveur du Sénégal, va donner de l’envergure à chacun des projets par la réflexion commune et l’encouragement mutuel.

– Le souci d’ouvrir les actions et la sensibilisation à plusieurs établissements des Alpes-Maritimes ; un réseau touchant quelques écoles primaires, l’école Apraxine ( Nice ) en premier lieu, se met en place.

– La nécessité d’une structure associative pour garder les liens avec les élèves actifs dans le projet, quittant le Lycée.

Dès septembre 2002, l’UDAPEL (Union Départementale des Associations de Parents d’élèves de l’Enseignement Libre) soutient les actions de l’ASPA.

Le réseau des établissements

Depuis 1999, l’ASPA a constitué un réseau. Ce réseau fonctionne de façon souple dans la mesure où l’engagement n’est pas comparable d’un établissement à l’autre : il peut être ponctuel sur un projet ou systématique derrière le projet-pilote annuel.
Les porteurs du projet ne sont pas non plus toujours les mêmes. Il peut s’agir du chef d’établissement en personne, d’un ou plusieurs enseignants et de leurs élèves, de l’association de parents d’élèves, et dans le meilleur des cas, de l’ensemble de la communauté éducative.

DSC02347

Partenaires historiques : Ecole Apraxine ( Nice ) Ecole Maria Mater ( Roquefort-les-Pins ) Ecole Marie-Joseph ( Nice ) Ecole St Joseph ( Cannes ) Ecole Nazareth ( Nice ) Ecole St Barthélémy ( Nice ) Blanche de Castille ( Nice )St Joseph Carnolès Stanislas ( Cannes ) La Providence ( Nice ) Mont St Jean ( Antibes ) Stanislas ( Nice ) Lycée Sasserno ( Nice ) Don Bosco ( Nice ) Ste Marie de Chavagnes ( Cannes )

Les objectifs de l’ASPA

Les objectifs de l’association comme sa dénomination le laisse entendre, s’articulent autour de deux axes : le partenariat éducatif et la solidarité.

1- Le partenariat éducatif

Le partenariat éducatif répond à notre souci premier de la rencontre et poursuit la finalité « d’éduquer le regard ».

Il s’agit de renouveler ou de bâtir la représentation de l’Afrique, continent dont l’image, après avoir été associée à l’esclavage, au monde colonial, l’est aujourd’hui à la misère. Montrer les besoins et les enjeux, définir les questions d’inégal développement mais aussi dire les richesses, les espoirs, les initiatives. Cette sensibilisation des jeunes incombe à notre métier d’enseignant.

Dans le domaine pédagogique, les enseignants que compte l’association ont à cœur de rendre dans leur cours, l’Afrique plus proche à leurs élèves. Pour cela, ils organisent des expositions au C.D.I., des séances collectives de vidéo-débat pour le collège, des interventions périodiques avec support vidéo et photos dans les établissements primaires, des rencontres avec nos partenaires africains de passage. Dieudonné Hien, Jean-Martin Méda, Pierre Hien, Lazare Somé, prêtres du diocèse de Diébougou, Saly Hema et Fatima Lakhal du Dispensaire-Trottoir de Bobo-Dioulasso, sont ainsi intervenus dans de nombreuses classes depuis 1999.

Au cours des années, chaque établissement participe à ce partenariat éducatif comme il l’entend, en fonction des sensibilités et des attentes des personnes. Par exemple :
– Les collèges Blanche de Castille ( Nice ) et St Philippe Néri ( Juan-les-Pins ) se sont rapproché du Lycée Pierre Kula de Diébougou. Des projets pédagogiques de classe à classe, comme l’échange établi par Sylvie Campos en cours de français autour du thème du conte, ont abouti.
– L’école Apraxine, en 1998 relayée aujourd’hui par la classe d’Emmanuelle Vitale de l’école Marie-Joseph et l’Institut Stanislas ( Cannes ) ont tissé des liens avec l’école catholique Germaine Nadal et le Lycée Provincial du Ioba de Dano. Une correspondance d’élève à élève et d’enseignant à enseignant touchant plus de cent personnes s’est établie et se poursuit.
– La Grande Section des Maternelles de l’école St Barthélémy ( Nice ) sous l’impulsion de Nathalie Manghini a établi un échange avec l’école primaire St Pierre St Paul de Diébougou qui a ouvert ses portes en septembre 2000.

ÉTABLISSEMENTS PARTENAIRES

10150613_10153213702272446_8705944862911778792_n

Depuis janvier 1999, date de sa création, l’ASPA a constitué un réseau dans l’Enseignement catholique des Alpes Maritimes. L’engagement des établissements varie de l’engagement ponctuel derrière un projet particulier à l’engagement fidèle, année après année, quel que soit le projet pilote.

Les porteurs du projet dans l’établissement ne sont pas non plus toujours les mêmes. A l’origine du soutien à l’ASPA, peuvent agir la volonté propre du chef d’établissement, l’initiative d’un ou plusieurs enseignants et de leurs élèves, la conviction des catéchistes ou de l’association des parents d’élèves. Dans le meilleur des cas, l’ensemble de la communauté éducative se retrouve dans cet engagement !

Nos principaux partenaires, depuis 1999, ont été l’Institution St Joseph Carnolès, l’école et le collège Notre-Dame de la Tramontane (Juan-les-Pins), l’école Maria Mater (Roquefort-les-Pins), l’Institut Stanislas (Cannes), l’école Sainte Marie (Antibes) auxquels s’ajoute depuis 2015, le Cours bastide de Marseille. Les photos qui illustrent cet article ont été prises dans ce dernier établissement, à l’occasion de l’organisation d’une semaine africaine au profit de l’action de l’ASPA : soutien à l’association des femmes « Lève-toi et marche » (projet pilote 2015).